×

L’équipe de l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix a sélectionné des contenus à regarder, lire et écouter.

DOCUMENTAIRE – « Ukraine : nos reporters Camille Courcy et Charles Villa ont filmé le début de la guerre » disponible sur la chaîne YouTube Brut (2022)

Dans cette vidéo, Charles Villa et Camille Courcy nous emmènent en Ukraine. Le 24 février 2022, la Russie a décidé d’envahir le pays, c’est pourquoi les deux journalistes de Brut se sont rendus dans la capitale Kyiv. A ce moment-là, ils ne savaient pas du tout combien de temps l’armée ukrainienne allait tenir face aux troupes de Vladimir Poutine. Une guerre est toujours très compliquée à expliquer à cause de la propagande, mais dans cette vidéo, ils essayent au mieux de raconter ce qu’ils ont vu sur place et expliquer ce que nous avons pu voir passer sur les réseaux sociaux. Ils sont partis à la rencontre de civils, comme Julia, qui ont voulu rester pour se battre comme ils peuvent.

BANDE DESSINEE – Lisa et Mohammed de Julien Frey et Mayalen Goust – Editions Futuropolis (2021)

Paris, juin 2000. Lisa, étudiante, loue une chambre chez le vieux Mohamed. Retraité veuf et bourru, Mohamed est un ancien harki, un supplétif de l’armée française en Algérie. Lisa et Mohamed ignorent encore que leur rencontre va faire ressurgir le passé. Celui des harkis. Ces hommes qui n’ont aujourd’hui toujours pas le droit de retourner en Algérie. Petit à petit, il se confie, elle comprend…  Après L’Œil du STO, Julien Frey continue son travail de mémoire des zones sombres de notre passé en abordant avec sensibilité la question encore douloureuse des harkis. Le travail en couleur de Mayalen Goust en souligne toute l’humanité. En utilisant les souvenirs, le partage intergénérationnel et la conversation les auteurs rendent cette histoire intime.

PODCAST – « Les femmes contre-attaquent » présenté par Charlotte Bienaimé

Illustration Les femmes contre-attaquent

Chaque premier mercredi du mois, la série « Un Podcast à soi » mêle intimité et expertise, témoignages et réflexions, pour aborder les questions de genre, de féminismes, d’égalité entre les femmes et les hommes. La violence peut-elle être pensée comme un outil politique du féminisme ?

Quelle serait la définition d’une violence féministe ? Utilisée non pas pour asseoir un pouvoir, mais pour répondre à toutes les violences invisibles et quotidiennes exercées par les hommes ? Une sorte de vengeance, qui aurait plutôt la couleur d’une reprise de pouvoir ? Cette question est loin d’être nouvelle, mais reste taboue dans les milieux féministes français. Cet épisode aborde la question avec le récit de Sarah qui a décidé, avec des amies, de se défendre sans la police et la justice, après le viol de l’une d’entre elles, mettant en place une action directe auprès de l’agresseur. À travers aussi des paroles de femmes qui pratiquent l’autodéfense féministe. Pour prévenir les violences, savoir connaître ses limites et les poser. Apprendre à se défendre physiquement, mais aussi à fuir. Car « La fuite est l’une des principales stratégies d’autodéfense féministe. C’est déjà courageux de partir ».

DOCUMENTAIRE – « Russie/Syrie-Ukraine/Israël » disponible sur arte.tv (2022)

Au fil des rencontres, de Saint Pétersbourg à Moscou, la vie continue, dans un pays divisé. La population russe n’a pas le droit d’utiliser le mot guerre, interdit par le régime de Vladimir Poutine : officiellement il s’agit d’une « opération spéciale ». Pourtant, malgré cette pression, des voix s’élèvent pour dire non. Après 11 ans de révolution, les Syriens savent que l’avenir de leur pays dépendra de l’issue de la guerre en Ukraine. Dans la région d’Idlib la dernière enclave tenue par l’opposition à Bachar Al Assad, Aziz, Mouna et Abu, comme tous les Syriens, suivent avec inquiétude la situation en Ukraine : ils savent que de l’issue de cette guerre en Europe dépend l’avenir de leur pays. Après l’invasion russe, Israël s’est très rapidement mobilisé pour accueillir des Juifs ukrainiens sur son sol. Chaque jour, des centaines de Juifs ukrainiens arrivent à l’aéroport de Tel Aviv. L’Etat leur accorde immédiatement la nationalité israélienne et leur verse une allocation substantielle durant plusieurs mois afin de les aider à entrer sur le marché du travail, c’est une opportunité précieuse pour l’économie du pays… 

LIVRE – Naître fille d’Alice Dussutour – Edition du Ricochet (2022)

Couverture Naître fille

Selon son pays de naissance, naître fille n’offre pas les mêmes perspectives…
Du Mexique à l’Afghanistan en passant par le Kenya ou encore le Népal, Naître fille nous emmène à la rencontre de cinq jeunes filles. Au fil des pages, elles racontent leur passage à l’âge adulte et ce que signifie naître fille pour elles. Elles s’interrogent sur les injustices, les violences et les barrières qu’on leur impose.
Ancrée dans la réalité, chaque histoire est enrichie d’une partie documentaire qui éclaire le lecteur sur la situation générale vécue par des millions de femmes.
Ces histoires nous montrent à quel point la levée des tabous et les prises de position politique sont indispensables pour que toutes les filles, peu importe où elles vivent, accèdent aux mêmes libertés.

Partager cette publication :

Publications liées

réfugiés (c) dr

Point de vue

20 juin 2022 : La journée mondiale des réfugiés

par Catherine-Amélie Chassin

16/06/2022

Régulièrement ‘Point de vue’ laisse la parole à un(e) expert(e) du droit, une tribune libre, un espace d’expression pour aborder les droits de l’Homme et des notions liées à ces derniers.

En savoir +