×

L’équipe de l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix a sélectionné des contenus à regarder, lire et écouter.

PODCAST – « Demain n’attend pas » présenté par Delphine Darmon

Ce podcast propose de découvrir des femmes et des hommes qui se donnent pour mission de changer le monde. Acteurs de l’économie sociale et solidaire, fondateurs de mouvements citoyens, entrepreneurs à mission, artistes activistes…, ils ont choisi de poursuivre leurs rêves et de travailler à construire un monde meilleur.

Chaque épisode est l’occasion d’un tête-à-tête avec une personne inspirante et engagée, qui se confie sur son chemin, son projet, ses coups de gueule et ses grandes joies.

Ces témoignages sont aussi l’occasion d’en apprendre plus sur des enjeux de société majeurs comme le réchauffement climatique, l’accès aux services de santé, l’inclusion sociale, l’émancipation des femmes ou l’agriculture durable…, de comprendre où nous en sommes aujourd’hui et d’entendre que des solutions existent.

DOCUMENTAIRE – « Permis de tuer aux Philippines » de Marc Wiese (2019) disponible sur arte.tv

Depuis l’entrée en fonction du président Rodrigo Duterte, en 2016, des milliers de personnes ont été assassinées aux Philippines par des commandos de la mort, constitués de policiers corrompus et de tueurs à gages. Une plongée glaçante au cœur du système politique philippin dans les pas de la journaliste Maria Ressa, qui vient d’être récompensée par le prix Nobel de la paix.

Depuis l’entrée en fonction du président Rodrigo Duterte, en 2016, une campagne meurtrière massive a débuté aux Philippines. Dans le collimateur officiel du « shérif de Manille » : la drogue, avec ses dealers comme ses consommateurs. Souvent sur une vague présomption, parfois aussi pour s’être trouvées au mauvais endroit au mauvais moment, des milliers de personnes ont été assassinées par des commandos de la mort, constitués de policiers corrompus et de tueurs à gages.

La journaliste Maria Ressa, fondatrice du site d’information indépendant Rappler, et qui figure sur la liste des personnalités de l’année 2018 du magazine américain Time, s’est engagée avec ses collaborateurs contre cette guerre illégale menée par le gouvernement. Adepte d’un journalisme exigeant fondé sur les faits, elle subit en représailles de multiples campagnes de diffamation et s’est vue plusieurs fois arrêtée et emprisonnée pour des motifs douteux. Aux attaques virulentes de trolls sur les réseaux sociaux se sont ajoutées aussi de très concrètes tentatives d’intimidation. Marc Wiese a suivi Maria Ressa une année durant, explorant avec elle les coulisses d’une presse philippine harcelée, mais aussi les réalités d’une guerre sale, que dévoilent des victimes rescapées, des membres des commandos de la mort et des politiciens critiques. L’aperçu glaçant d’une démocratie qui a vacillé.

BANDE DESSINÉE – « Blanc autour » de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert (2021)

1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l’institutrice Prudence Crandall s’occupe d’une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah.

La population blanche locale voit immédiatement cette « exception » comme une menace. Même si l’esclavage n’est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l’Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d’une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l’école si la jeune Sarah reste admise.

Prudence Crandall les prend au mot et l’école devient la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l’abolition de l’esclavage. Nassées au coeur d’une communauté ultra-hostile, quelques jeunes filles noires venues d’un peu partout pour étudier vont prendre conscience malgré elles du danger qu’elles incarnent et de la haine qu’elles suscitent dès lors qu’elles ont le culot de vouloir s’élever au-dessus de leur condition.

La contre-attaque de la bonne société sera menée par le juge Judson, qui portera l’affaire devant les tribunaux du Connecticut. Prudence Crandall, accusée d’avoir violé la loi, sera emprisonnée… La douceur du trait et des couleurs de Stéphane Fert sert à merveille ce scénario de Wilfrid Lupano (Les Vieux Fourneaux), qui s’est inspiré de faits réels pour raconter cette histoire de solidarité et de sororité du point de vue des élèves noires.

BD blanc autour

SÉRIE – « H24, 24 heures dans la vie d’une femme » disponible sur arte.tv (2021)

Inspirée de faits réels, une série manifeste qui propose de rendre compte des violences faites aux femmes au quotidien.

Sur une idée originale de Nathalie Masduraud et Valérie Urrea, 24 films courts audacieux, d’après les textes de 24 autrices européennes, interprétés par 24 actrices.

Une diversité de voix et de talents, dans une collection forte et engagée.

Partager cette publication :

Publications liées